Vanessa Fanuele

Web-Culture Vanessa Fanuele

Diplômée en école d’architecture, Vanessa Fanuele s’est récemment dirigée vers la peinture et les installations pour satisfaire son désir d’expression. Elle a ouvert une boite et montre ce qu’elle y trouve à l’intérieur. C’est une visite dans un monde ou l’on n’oserai pas pénétrer mais qui n’en ai pas moins fascinant. Sombre, étrange, certes mais ou l’on sent l’emprunte de la liberté, une émancipation du geste avec une sorte d’évasion de l’inconscient. Elle bouleverse les normes du dedans/dehors, et s’épanche sur l’intérieur pour nous en faire découvrir l’infinie. A la clef, une multitude d’expositions et des œuvres captivantes.


Après des études et une expérience dans l’architecture, comment passe-t-on de l’univers précis et rigoriste qu’elle inculque, à l’abandon et l’aléatoire que l’on retrouve dans ton art ?

Je ne pense pas être passée d’un monde rigoureux à un monde aléatoire, il existe de nombreux liens entre architecture et peinture et en choisissant de peindre je crois avoir glissé petit à petit vers qui je suis réellement. L’architecture est mentale et concrète à la fois. Abstraite car pas toujours réalisée, elle doit quand même être précise car elle a une fonction d’abri, de vie. C’est une discipline tournée vers les autres. L’homme est au centre de la question.
La peinture est plus « introvertie », plus « personnelle », elle n’a pas une fonction à proprement dit. Elle ne représente pas non plus l’abandon et l’aléatoire car il y a réflexion et maîtrise mais c’est en effet beaucoup plus physique que ce que j’imaginais. Le corps tout entier est impliqué.
Je pense que la grande difficulté en peinture, c’est de se libérer des références intellectuelles, des images qui nous envahissent et d’aller au fond de soi ; de se poser des questions souvent assez radicales et d’aller à l’essentiel. Je dirais que la peinture m’oblige à me connaître totalement car elle me remet constamment en question.

Web-Culture Vanessa Fanuele

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Est-ce que l’enseignement de l’architecture, et je pense notamment à l’étude des matières, t’ont permis de donner de l’ampleur à tes œuvres ?

L’architecture m’a surtout permis de raconter une histoire, de projeter dans l’espace, de rendre concret un concept… Elle m’a appris à voir ce qui ne se voit pas et à développer mon imagination. Ce qui m’intéresse, c’est avant tout ma recherche, mes questions et essayer d’y répondre le plus justement possible. Mes œuvres naissent et mûrissent dans ma tête, c’est une histoire mentale, la matière n’intervient que beaucoup plus tard, au moment de les exprimer sur un support concret.

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Tes dessins, qui sont tes premières créations, semblent tout droit sortis de ton inconscient, qu’est ce qui t’a poussée à t’exprimer ainsi ?

Je ne sais toujours pas exactement ce qui m’a poussé à créer et cette question sans réponse précise est sans doute mon moteur. Ce que je sais, en revanche, c’est que c’est une force qui s’est imposée à moi et que je n’ai pas pu contenir. Je ne maîtrise donc pas totalement cette pulsion, mais j’essaie de l’apprivoiser en vivant avec.

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Quand on regarde tes travaux, comme « Éruption » ou « Jusqu’à ce que la mort nous sépare », peut-on dire qu’intériorité et ouverture sont les axes principaux de la poésie qui se dégage de ces installations ?

A travers mes œuvres je parle du dedans, des sensations, des émotions, des angoisses, ce sont des sortes de « paysages intérieurs », des explorations abstraites… Je cherche en fait à exprimer des choses invisibles, à leur donner des formes, à les concrétiser. De cette façon je peux mieux les voir, les appréhender, y faire face, même si l’intérieur d’un être demeure un grand mystère. Ce mystère me permet d’explorer à l’infini.
Les installations « Éruption » et « Jusqu’à ce que la mort nous sépare » répondent à des questions que je me pose souvent, soit la question de l’intimité, du corps, de la renaissance, de la boîte, du secret, des objets étranges…

Web-Culture Vanessa Fanuele

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

On considère que ton œuvre est sombre, inquiétante et fascinante, mais, n’est-ce seulement qu’une étape du chemin que tu explores ?

Dès lors qu’une œuvre n’est pas “identifiable” alors elle peut paraître sombre ou inquiétante. On peut avoir l’intuition de ce que j’ai voulu exprimer mais peut-être pas le déceler clairement. Dans un certain sens heureusement, car ce sont des questions que je me pose et que j’exprime sans y répondre avec précision. En fin de compte, le spectateur et moi sommes identiques puisque nous cherchons, l’un et l’autre, à comprendre de quoi il s’agit (rires). Mais l’intimité est difficilement compréhensible. Elle semble se situer entre le physique et le mental et soulève des questions sans forcément y répondre. Elle apparaît donc comme une inquiétude étrange et subjective.

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Quand je regarde l’ensemble de ton travail, il y a 4 mots qui me viennent à l’esprit : force, souvenir, sacré, liberté. Que représentent ces mots pour toi ?

Je vois la force comme l’élan qui transporte un être, un élan constructif, productif, et positif. La force permet de ne pas subir la vie, d’être comme suspendu et d’affronter le temps.
Le souvenir c’est le lien, le lien avec le temps, avec les proches. Le souvenir c’est notre histoire, il peut être autant rassurant qu’inquiétant.
Le sacré pourrait être un souvenir vivant et fabriqué, c’est un autre rapport au temps, assez étrange ; le sacré est fascinant car je ne peux pas exactement le définir mais je peux le ressentir…
La liberté c’est un luxe qu’il est difficile de s’offrir. Il est aussi très difficile de définir ce que c’est. Peut être que l’artiste se rapproche de la liberté en ce sens qu’il en a besoin pour réussir à se détacher de la réalité ; son espace-temps est forcément différent. Tout est plus extensible, tout est possible.

Web-Culture Vanessa Fanuele

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Tes techniques de travail sont très variées : dessin, peinture, photographie, construction, installations… (dis-moi si j’en oublie…) Est-ce le sujet qui va déterminer la technique que tu vas employer ou l’inverse ?

Ce qui m’importe avant tout c’est de m’exprimer, la technique n’est finalement qu’un prétexte. Petit à petit j’apprends à me connaître et à comprendre quelle méthode je dois utiliser pour être en adéquation avec mes idées mais il y a encore beaucoup de travail ! C’est une recherche permanente.

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Je sais que le fait de te servir de l’art comme moyen d’expression est apparu récemment, pourtant tu as déjà fait un nombre intéressant d’expositions dans des galeries et musées. Qu’as-tu ressenti en te voyant aussi rapidement présentée ?

J’avoue être un peu dépassée car je n’avais pas imaginé tout ceci. En exposant aussi rapidement j’ai parfois la sensation d’avoir perdu un peu de ma liberté mais je suis également consciente que cela a permis à mon travail de mûrir.
Ce que je souhaite surtout c’est que mes créations évoluent et que je puisse vivre chaque étape de cette évolution.

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

Ton travail est-il également guidé par le désir d’être exhibée ?

En effet exposer c’est se mettre à nu et pour montrer son travail il faut avoir une certaine dose d’ego ou d’inconscience. Je n’ai cependant pas la sensation de m’exhiber mais plutôt de montrer qui je suis.

Web-Culture Vanessa Fanuele

Web-Culture Vanessa Fanuele

 

J’ai eu l’occasion de te croiser souvent dans des vernissages… Avec ce que tu vois dans les galeries, pourrais-tu me donner ta définition personnelle d’Art Contemporain ?

Définir l’art contemporain est complexe car nous ne pouvons pas réellement juger ce qui est « art » aujourd’hui. Nous n’avons pas le recul nécessaire. C’est le temps qui permet de définir.
J’ai juste la sensation que face à l’art contemporain je dois me faire confiance, me laisser aller et me diriger vers ce qui me touche.
Peu d’émotions se dégagent des œuvres contemporaines et c’est ce que je reproche à l’art aujourd’hui.

http://www.vanessafanuele.com/
http://fanuele-vanessa.blogspot.com/

Interview André Sanchez

7 Comment

  1. superbe

  2. […] This post was Twitted by lolitanienbloc […]

  3. Hervé Gallet says: Répondre

    Wow !!! ça donne vraiment envie de voir ça en vrai. Merci pour cette découverte.
    Hervé

  4. Adriano Martire says: Répondre

    Bravissima!
    Fai davvero delle belle cose.
    Ciao,
    Adriano

  5. Jeanne bouin says: Répondre

    Interview très intéressante qui permet de découvrir une artiste surprenante.
    Félicitations !

    Jeanne.

  6. Troublant et dérangeant mais jolie découverte 😉

  7. ptatarrtly5 says: Répondre

    Formidable matin à tous,

    Premièrement, offrez-moi la possibilité de vous démontrer ma gratitude pour chacune des super informations que j’ai lues sur cet imposant forum.

    Je ne suis pas certaine d’être au bon endroit mais je n’en ai pas trouvé de meilleur.

    Je viens de Grande prairie, usa. J’ai 33 années et j’élève quatre agréables enfants qui sont tous âgés entre 6 et 13 ans (1 est adopté). J’aime beaucoup beaucoup les animaux et je tempte de leur donner les biens qui leur rendent la vie plus splendide.

    Merci à l’avance pour toutes les palpitantes débats dans le futur et je vous remercie de votre compassion pour mon français moins qu’idéal : ma langue de naissance est le chinois et je fais de mon mieux d’apprendre mais c’est très difficile!

    A +

    Arthru

Laisser un commentaire