Romain Philippon

Web-Culture Romain Philippon

Inconscience : c’est le titre que porte la série de photos de Romain Philippon, série qui m’a fait découvrir son travail. Tout en respectant le calme de l’instant, ce moment intime de la sieste est prélevé avec raffinement par l’œil subjectif de l’appareil photographique. Ici, il s’agit d’abandon, de soustraction au monde. Cette période de repos est commune à toutes les espèces vivantes mais pourtant, il est assez rare de s’adonner à cette pratique en occident : la sieste y est considérée comme une perte de temps lors d’une journée de travail. C’est pourquoi j’ai questionné Romain sur cette véritable obsession, qui l’a menée en Inde, au Laos, au Vietnam, et aussi vers d’autres voyages.

L’Empreinte des âmes humaines dans le monde est assez forte dans ton travail, tu fais un véritable travail de reporter mais pas seulement.
Entre art et sociologie comment te situes-tu ?

La plupart des travaux photographiques qui m’inspirent relèvent de la sociologie, ou de l’observation humaine, à plus ou moins grande échelle. Donc je me situe naturellement au milieu de plusieurs domaines, la photographie n’existant pas pour moi sans sujets de fond, si superficiels soient-ils. En revanche, je pense avoir accompli pour l’instant un travail qui se situe plus du coté de la contemplation que de l’observation ou de l’analyse. Mon approche est très instinctive, c’est pour cela que la plupart des mes projets tourne autour de l’humain, et donc inévitablement autour de notre société. Je montre ce que je vois, et ce que je pense être pertinent, mais je n’ai pas encore la prétention d’en analyser le résultat. J’en laisse le soin au lecteur des mes images.

Web-Culture Romain Philippon

Est-ce que ta présence sur internet, ton site, ta page behance, et facebook font partie de tes outils incontournables pour te faire connaitre ?

Oui, bien sur. Il faut vivre avec son temps. Un site internet ne remplacera jamais un book sous formes de tirages papier, mais le nombre de personnes que vous pouvez atteindre potentiellement avec internet est bien plus important. Outre l’aspect promotionnel, internet me permet d’échanger avec d’autres photographes, et surtout le public, ce qui me paraît essentiel dans mon métier.

Web-Culture Romain Philippon

Géographiquement tu navigues entre la Réunion et Paris, qu’apporte cette différence d’univers à ton regard de photographe ?

Je vis maintenant sur l’île de la Réunion, et rentre de moins en moins à Paris. Je suis de cette catégorie de photographes qui a besoin d’air pur, et de mélange, du mélange social, culturel. La Réunion m’apporte tout cela. Et puis bien sur, pour mieux voir un endroit, il est toujours bon de s’en éloigner un peu, c’est mon avis, et c’est aussi pour cela que je voyage.

Web-Culture Romain Philippon

La série des dormeurs à travers tes voyages, s’est imposée d’elle-même en tant que série ?

Non, pas immédiatement. Pour mes séries, environ un tiers de mes sujets sont prévus à l’avance. Le reste est un mélange d’imprévu et de relecture d’images. J’avais commencé quelques images des dormeurs il y a longtemps. Puis quand j’en ai refait en Inde, j’ai eu le déclic. C’est devenu un jeu, puis une obsession. Je voulais m’approcher de plus en plus d’eux. L’excitation se mêlait à la peur de les réveiller. Je ne voyais plus des dormeurs, mais des corps, inanimés. J’ai compris que je devais continuer, et creuser.

Web-Culture Romain Philippon

Web-Culture Romain Philippon

De la série à l’obsession au final ? À quel moment décides-tu que c’est le dernier cliché ?

Je crois que je termine une série dés que je commence à tourner en rond, ou m’ennuyer. Je me rends compte souvent que je me fatigue photographiquement, sur un sujet qui me fait trop réfléchir. Je finis par me réduire la vision, et donc je préfère passer à autre chose… le temps d’y retourner plus tard surement. En fait non, je ne finis jamais finalement !

Web-Culture Romain Philippon

Andy Warhol et Sophie Calle ont invité des gens à dormir chez eux ou dormir dans leur lit, dans tes images il y a la distance solennelle, presque religieuse du reporter, cette prise de distance est elle obligatoire selon les histoires ou géographie ?

Non je ne pense pas qu’il y ait un rapport obligatoire vis à vis de l’histoire ou de la géographie. C’est pour moi simplement une question de respect. Rentrer dans l’intimité des gens ne me pose aucun problème, tant que c’est fait respectueusement. Sur la plupart de mes photos, en effet il peut apparaître une distance, mais il faut savoir que je suis toujours très proche de mes sujets. Ils savent que je suis là. Je travaille essentiellement au 28 et au 50mm. Je n’ai pas de téléobjectif, je ne saurais pas m’en servir, je me sentirais trop à l’écart. Peu importe l’endroit et le moment, la manière d’approcher son sujet sera toujours différente, et c’est ce qui m’intéresse.

Web-Culture Romain Philippon

Web-Culture Romain Philippon

Avec cette série tu viens de faire la une de « Served », comment as-tu été contacté par le magazine américain ?

Ils ont une équipe éditoriale très active, et sympathique d’ailleurs, qui recherche des sujet sur le web, et sur le réseau Behance. C’est comme cela qu’ils ont découvert mon projet « inconscience » et m’ont proposé, par email, de le mettre en avant.

Web-Culture Romain Philippon

Un endroit ou une situation que tu rêves de photographier ?

Il n’y a pas d’endroit ou de situation particulière dont je rêve. Ce sont surtout les conditions idéales pour photographier un endroit ou une situation dont je rêve. Passer plusieurs mois quelque part, sans contrainte, s’intégrer au paysage, se lier à la population, et découvrir, lentement. En ce moment, je pense à réaliser un projet dans ces conditions, mais cela sera surement du film et non de la photo. Voilà ce dont je rêve pour l’instant.

Web-Culture Romain Philippon

Quelle-est la part de retouche numérique de tes images ?

Il n’y en a pas. Je retouche bien sur les niveaux de couleurs, la saturation ou le contraste, mais je ne considère par cela comme de la retouche, plutôt comme un travail de développement classique. Encore une fois, il faut savoir vivre avec son temps.

Web-Culture Romain Philippon

Quelle-est ton actualité ?

J’ai participé récemment à un workshop avec Munem Wasif (agence VU), qui a été très enrichissant, sur plusieurs aspects. J’ai une exposition de prévue en tout début d’année prochaine, sur le Nicaragua, dans le cadre du mois palaisien de la photo. J’ai également un projet de film documentaire, mais qui risque de prendre du temps. Je viens de lancer un photoblog, à l’intérieur de mon site, afin de montrer un peu plus d’images. Et enfin j’espère pouvoir terminer mon projet inconscience, si un éditeur sérieux veut bien s’en occuper.

Web-Culture Romain Philippon

Blog : www.pendantcetemps.fr/wordpress
Site : www.pendantcetemps.fr

Interview Laure Delahaye

10 Comment

  1. Travail extrêmement touchant et impressionnant, un très grand BRAVO!

  2. Toujours aussi modeste et humain. Ca se sent autant dans tes paroles et tes photos. Je suis toujours impressionné :)

  3. Toujours de belles découvertes ! magnifiques photos !

  4. HoMi says: Répondre

    Superbe travail, d’une qualité incroyable.

  5. Rose-Pierre says: Répondre

    Bonjour Philippe,

    Je suis très sensible à l’ensemble de tes photos. Merci de continuer à nous les montrer et j’aime aussi la façon dont tu en parles.

    A bientôt.

    Rose-Pierre

  6. Bonjour Rose-Pierre,
    moi c’est Romain, et non Philippe.
    Mais merci pour ton message.

    Merci également aux autres commentaires.
    à bientôt.

  7. Katicat says: Répondre

    Je n’ai pas l’habitude de « perdre du temps » à commenter ce que je vois… sauf quand je considère que ça en vaut VRAIMENT la peine…

    Donc, d’abord, MERCI. Elles sont magnifiques et méritent d’être diffusées largement !!!

    Je reste aux aguets.

    Félicitations « Philippe » lol

  8. admin says: Répondre

    Bonjour Katicat,

    merci beaucoup d’avoir pris le temps de commenter ces images, nous partageons ton avis, elles sont magnifiques :)

    A bientôt !

  9. Félicitations pour cet entretien qui illustre une personnalité sympathique sur fond de photos toutes plus touchantes les unes que les autres

  10. […] Pour lire son interview c’est ici ! 1 personnes ont aimé cette interview. Et vous ? 0 Commentaire […]

Laisser un commentaire