Mathilde Nivet

Web-Culture Mathilde Nivet

C’est avec une grande patience et beaucoup de finesse que Mathilde Nivet, découpe, taille des morceaux de papiers. La maitrise des techniques de pliage lui permet d’illustrer avec justesse des univers tels que la bijouterie, la devanture de vitrines, et bien d’autre encore. Comment laisser une trace ? Cette question est totalement incontournable pour les créateurs contemporains. Mathilde s’est prêtée au jeux des réponses, histoire d’en savoir un peu plus sur sa pratique si éphémère parfois.

Que t’ont apporté tes études à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré (Paris)?

De bonne base de dessins et de création. Une forte sensibilité aux matériaux, à la couleur et au motif. Une bonne culture générale sur les arts appliqués et une grande partie de mon réseau de travail.

Web-Culture Mathilde Nivet

Tu es représentée par l’agence « Illustrissmo ». Comment se passe votre collaboration ?

Mon agent est censé démarcher des clients pour moi. Bon, pour l’instant il ne m’en a pas encore trouvé mais je me sers surtout de lui comme agent commercial. Il négocie les contrats pour moi de façon à obtenir les meilleurs prix aux meilleures conditions. Il est très fort pour ça donc je suis contente. Et puis de toute façon, mon réseau est suffisamment consistant pour que je trouve des clients par mes propres moyens.

Web-Culture Mathilde Nivet

Que t’apporte ta décision de travailler en freelance plutôt qu’en agence ?

Être freelance me donne une plus grande liberté. Je suis mon propre patron et je peux moduler mes horaires selon ma convenance. De plus, partageant mon atelier avec d’autres freelances, je profite d’un cadre convivial et je peux échanger sur mon travail avec mes « collègues ». Donc j’évite l’isolement qu’on peut parfois craindre lorsqu’on choisit ce statut.
De plus ma pratique du papier me permet de toucher différents domaines : illustration, design, et scénographie principalement. Peut être que travailler dans une agence m’obligerait à être plus spécialisée et me frustrerait.

Web-Culture Mathilde Nivet

Web-Culture Mathilde Nivet

La fragilité et la conservation du papier sont surement des problématiques importantes, qu’est-ce que tu mets en place pour éviter cette dégradation ?

Le plus souvent, mes projets ne sont pas destinés à être conservés longtemps. Les décors sont crées pour une soirée ou pour quelques mois lorsqu’il s’agit de vitrines. Généralement, ils sont ensuite détruits ou morcelés. Dans le cas des illustrations en papier découpé, j’en garde certaines en les conservant dans des cartons à dessins. Quand il s’agit d’œuvres, je fais fabriquer des cadres sur mesure avec un peu de profondeur.

Web-Culture Mathilde Nivet

Web-Culture Mathilde Nivet

As-tu travaillé en collaboration avec d’autres créateurs ?

Oui, j’ai travaillé avec le photographe et web designer Julien Taylor sur la création du site internet de l’agence Eva Collin et sur la réalisation d’une de ses œuvres analogiques.
J’ai également collaboré avec Lily Monsaingeon, designer culinaire sur la réalisation de gâteaux imaginaires en papier pour l’exposition à l’Hôtel Meurice Through the looking glass en Octobre dernier.
Ces deux artistes, avec qui je partage mon atelier, sont à découvrir absolument !

Web-Culture Mathilde Nivet

Web-Culture Mathilde Nivet

Pour garder une trace de tes constructions, les prises de vues de photographes sont incontournables, comment travailles-tu avec eux ?

Et bien, tout dépend de la commande et du budget du client. Si le budget est conséquent, je travaille en studio avec le photographe choisie. Je reste durant toute la durée du shooting (en général une journée) pour manipuler les éléments papiers et diriger la prise de vue. S’il n’y a pas beaucoup de budget, les prises de vue sont réalisées à l’atelier avec les moyens du bord. En général, je préfère travailler en lumière naturelle donc j’attends le moment où le ciel est bien dégagé et je prends les photos à l’extérieur. Pour ces prises de vue, je collabore régulièrement avec Laure Crubilé, une plasticienne talentueuse.

Web-Culture Mathilde Nivet

Web-Culture Mathilde Nivet

Quelle-est la place d’internet dans la présentation de tes réalisations ?

Mon site internet est ma vitrine et me permets d’attirer de nouveaux clients ou de convaincre ceux à qui ont entendu parler de mon travail. Il me permet également de gagner un temps précieux car il fonctionne comme un book en ligne. Auparavant, j’étais obligé d’envoyer un pdf sur mesure pour chaque client potentiel. Maintenant, les clients peuvent voir toute l’étendue de mon travail facilement et choisir ce qui les intéresse.
Les blogs et les webzines qui relaient mon travail me permettent également d’attirer de nouveaux clients. Internet jour donc un rôle primordial dans mon activité.

Web-Culture Mathilde Nivet

Quels sont tes projets en cours ?

Je viens de terminer les visuels de Noël des vitrines des boutiques Palais des Thés. A découvrir dès le 4 Novembre !
Je suis actuellement sur la réalisation d’une couverture pour le Livre de Poche Jeunesse. Je travaille également sur la carte de vœux d’une belle agence de com et je produis des recherches pour des Stickers Noël pour NouvellesImages, un de mes plus anciens clients.

Web-Culture Mathilde Nivet

SITE
www.mathildenivet.com

© crédits photos.

Interview Laure Delahaye

1 Comment

  1. Bocquet Martine says: Répondre

    Félicitations pour vos créations .Quelle patience .tout est magnifique..

Laisser un commentaire