Lapin

Web-Culture Lapin

Je viens de chercher : Les calepins de Lapin sur Google… 21900 résultats !!! Ça fait quoi d’être célèbre ?

Bah, je dirai que ça reste quand même un microcosme de gribouilleurs qui me connaissent, et qui me suivent régulièrement, mais il parait que ce cercle s’élargit doucement. De participer à des expositions à droite à gauche m’a donné plus de visibilité. Et j’aime à penser que mes illustrations sont accessibles à tous.
Mais plus que la célébrité, c’est la reconnaissance qui me touche.

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

Tu vis à Barcelone, c’est pour le travail ou le soleil ?

Barcelone, c’était d’abord pour le travail. J’étais envoyé par l’agence de design pour laquelle je travaillais à Paris pour la création d’une filiale espagnole. Et puis, quand j’ai décidé de voler de mes propres ailes, je me suis contenté du soleil =:)

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

Quand on regarde ton travail, tes croquis, c’est rempli de quotidien…
D’où viens ce besoin de le dessiner sur du papier ?

Je dessine tous les jours, c’est un besoin, et lapinette sait ô combien je suis de mauvais poil quand je ne sors rien de bon. Alors forcément à dessiner tout le temps et partout, mes calepins ressemblent à des carnets de bord, le long de mes déplacements et de mes rencontres. Et puis c’est avant tout une source d’inspiration intarissable ce quotidien.

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

J’aime beaucoup la façon dont tu dessines la typographie, et le rôle que tu lui donnes dans tes dessins… Qu’est-ce qui a motivé ce fait ?

Bien observé ! D’autant que ces éléments de typographie sont de plus en plus récurrents dans mes dessins. Je crois bien que c’est mes années passées en agence de design qui ont modelées ce goût pour dessiner aussi les lettres. D’ailleurs je continue toujours à créer des polices pour l’édition ou pour le plaisir…

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

Quand tu dessines dans tes – maintenant fameux – calepins, te sens tu parfois limité ou coincé par ce support ? Je veux dire par là, est-ce que, par inspiration, il t’arrive d’avoir le besoin de plus qu’un calepin pour dessiner ou peindre ?

La première limite que j’ai rencontré avec mes calepins fut la taille. En plus d’un calepin compact facile à mettre dans la poche, j’ai désormais aussi en cours un autre calepin, plus grand, pour pousser dans le détail mes illustrations.
Et tout ressemant, je viens de goûter au wallpainting, avec un format d’environ 3×2m, et ça donne un vrai souffle à ma ligne, j’ai très envie de renouveler ça.

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

Comme tout le monde, internet est un moyen pour toi de promouvoir ton talent. Est-ce que le fait de l’utiliser est aussi un moyen de restituer à ton travail une légitimité contemporaine ? Sachant que tes outils sont essentiellement traditionnels (papier, crayon, feutres…)

C’est vrai que j’ai la sensation d’avoir une démarche d’illustrateur assez “classique”, avec souvent des sujets où des ambiances vintages, comme de vieilles muscle cars sur du papier jauni ou quadrillé. Mais l’outil informatique est toujours présent pour autant. Je scanne systématiquement tous mes dessins, je peux composer, enrichir de fonds plus “graphiques”… et je travaille pour des marques très contemporaine. Il y a un retour à l’illustration traditionnel dans les médias et la pub, une sorte de ras-le-bol du tout numérique…
Mon blog, qui est le premier support sur lequel j’ai décidé de montrer mes calepins m’a beaucoup apporté. Il fallait d’abord trouver le ton, et le rythme des posts, et je vois son contenu évoluer en même temps qu’une archive personnelle s’étoffer. Et le phénomène communautaire me porte aussi, j’aime à visiter les blogs d’un paquet d’illustrateurs, pros où en herbe, et de la même façon, j’échange régulièrement avec une partie de ces “blogeurs” ou de mes “lecteurs”, c’est très enrichissant.
Mon site, lui, que j’ai lancé en septembre dernier, est plus rangé, et moins exhaustif. C’est un outil pro de représentation et de démarchage.
Les deux supports se complètent bien.

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

Je sais que ton inspiration vient en parti du quotidien, mais quels seraient les artistes que tu aurais remarqué et qui t’auraient donné envie de faire évoluer tes dessins ?

J’ai du mal à citer un nom plutôt qu’un autre. Je suis boulimique d’expositions et de bouquins et magazines d’illustrations. Et je passe également beaucoup de temps sur le web à fouiller et regarder les tendances en matière de photo, d’illustration, de mode, d’architecture. J’ai l’impression de digérer doucement tout ce que je vois et que cela aiguise mon regard. Je prends autant de plaisir à visiter le musée Rodin que le musée viking à Oslo, ou le musée Guggenheim que le musée de l’homme et sa galerie d’anatomie comparée à Paris…

Web-Culture Lapin

Web-Culture Lapin

A la dernière exposition PA, j’ai vu que tu avais accroché un mélange de dessins sur de la toile avec du collage et des stikers…
Est-ce que c’est une nouvelle dimension que tu souhaites donner à ton travail ?

Je suis illustrateur à temps plein depuis mars dernier seulement, et je prends ce temps désormais pour m’essayer, me mettre en danger par de nouveaux formats, de nouvelles techniques.
Ce que j’ai fait pour cette expo PA, c’est imaginer reproduire manuellement ce que j’avais pu faire numériquement pour la revue.

Web-Culture Lapin

As-tu déjà pensé à la BD ? Ou à l’animation ?

On m’encourage souvent à réaliser une BD, j’ai même rencontré des scénaristes qui voulait bosser avec moi, mais je ne m’en sens pas encore capable. Par contre j’aimerai beaucoup m’essayer à cet exercice plus tard.
Pour l’animation, c’est plus palpable, ce serait l’une des envies des mois à venir.

Web-Culture Lapin

Peux-tu présenter ta future actualité ?

Un paquet de projets en tête, dont une expo de mes calepins (maintenant que j’ai passé la centaine).
Un voyage aussi, une virée en vélo vers la Norvège, un vieux projets commun avec un ami, que nous remettons au goût du jour. Ça promet un chouette carnet au retour, et qui sait, peut-être un bouquin ?
Et enfin, j’ai auto-publié cette année un premier fac-similé de calepin (expediciones de lapin), et j’ai bien envie de renouveler ça très bientôt.

les-calepins-de-lapin.blogspot.com

Interview André Sanchez

1 Comment

  1. Intéressante cette interview.
    J’ai hâte de voir ces nouveaux formats et ces nouvelles techniques !!!

Laisser un commentaire