Janis Heezen

Web-Culture Janis Heezen

Il est souvent complexe de parler du monde de l’enfance, tellement il y a de choses à dire et à explorer. Quand j’ai vu pour la première fois les travaux de Janis Heezen, j’ai ressenti que cette artiste explorait les facettes du monde de l’enfance de manière très personnelle, d’une façon qui nous interpelle spontanément : dessin « naïfs », petites « marionnettes », jouets, monstres, histoire pour enfants…

Web-Culture Janis Heezen

Il est souvent complexe de parler du monde de l’enfance, tellement il y a de choses à dire et à explorer. Quand j’ai vu pour la première fois les travaux de Janis Heezen, j’ai ressenti que cette artiste explorait les facettes du monde de l’enfance de manière très personnelle, d’une façon qui nous interpelle spontanément : dessin « naïfs », petites « marionnettes », jouets, monstres, histoire pour enfants…
Bref, j’ai tout de suite voulu en savoir plus sur qui se cachait derrière ces oeuvres singulières qui mélangent dessins et broderies, angoisses et originalité… et où se dévoile tout un monde d’enfance.

Web-Culture Janis Heezen

Peux tu te présenter ?

J’aurai bientôt 35 ans, je suis née à St.Gallen en Suisse. J’ai suivi une formation de designer textile et j’ai exercé ce métier pendant plusieurs années. Plus tard l’envie est venue de faire une 2ème formation pour devenir illustratrice. J’ai étudié à la Hochschule für Kunst und Design à Lucerne en Suisse, où j’habite et travaille depuis.

Web-Culture Janis Heezen

Qu’est ce qui t’a amené à cette forme d’expression artistique plutôt qu’une autre ?

C’est une recherche continuelle je dirais. L’univers de l’artiste Brésilien Arthur Bispo Do Rosario, connu pour son travail d’art brut, m’a beaucoup impressionnée et presque capturée, intriguée. Et puis il y a l’artiste française Nathalie Lété. Sa diversité et sa polyvalence dans ses projets m’épatent. Ces deux références m’ont particulièrement marquées et m’ont aidées à trouver ma propre forme d’expression artistique.

Web-Culture Janis Heezen

Peux tu nous décrire la façon dont tu travailles, comment tu choisis ton sujet et ton support ?

Pour faire une belle œuvre, une image forte et expressive, j’établis une relation presque amoureuse avec l’image que je veux créer. J’ai besoin de calme pour travailler, je dois pouvoir me concentrer, presque tout oublier pour rentrer dans mon monde. Je travaille souvent en écoutant de la musique, qui peut me mettre dans cette ambiance souhaitée et qui la renforce en même temps. Je choisis mon support selon mon envie et mon intuition.

Web-Culture Janis Heezen

Qui sont tes clients ?

Je travaille avec des galeries ou des éditions.

Web-Culture Janis Heezen

Le monde de l’enfance est plus que présent dans ton travail. Est ce pour ne pas en sortir ou pour l’exorciser ?

Surtout pas pour l’exorciser ! La spontanéité des enfants est très précieuse dans le monde des adultes. En tant qu’illustratrice et artiste j’ai le pouvoir de l’exprimer sans l’exorciser et garder ainsi mon côté enfant. C’est une grande chance.

Web-Culture Janis Heezen

Peux-tu nous parler des objets ( personnages et jouets) que tu as créés… Sont ils une extension à ton travail d’illustration ?

Ces objets sont une partie de mon travail d’artiste et d’illustratrice. Mais mon travail ne se limite pas qu’a ça. Je ne veux pas être placée dans une case bien précise non plus. Je me vois en perpétuelle évolution, je veux rester ouverte à des nouvelles formes d’expression. Je suis loin de là où je voudrais être, sinon je pourrais m’arrêter dès maintenant. Il y a encore beaucoup à explorer.

Web-Culture Janis Heezen

Ils me font également penser à des ex-votos, des objets de fétichisme.

Oui, peut-être. Je n’y ai jamais pensé.

Web-Culture Janis Heezen

Quelle expérience tires-tu du livre : « Le Masque géant » ? Va-t-il y avoir d’autres livres pour enfants ?

C’était pour moi une opportunité exceptionnelle d’illustrer ce livre. Je l’ai fait avec beaucoup de joie. Mon style correspondait parfaitement à celui que l’édition Joie de Lire cherchait et aussi à mon univers personnel. L’histoire du livre « Le Masque Géant » se déroule en Suisse Romande, dans le Valais. Chaque année on chasse les mauvais esprits et l’hiver en se déguisant avec des maques, des peaux de bêtes, en portant des cloches, en faisant du bruit. Il fallait donc rentrer dans cet univers un peu effrayant et animal et l’illustrer avec une poésie qui touche le cœur des enfants …et des adultes.

Je n’ai pas d’autre livre en préparation pour le moment. Mais bien sûr je suis tout à fait partante pour une nouvelle aventure d’illustration de livre d’enfants.

Web-Culture Janis Heezen

Comment vois-tu l’évolution de ton travail ?

Après une période où je me suis consacrée intensément à la broderie, je sens aujourd’hui l’envie de dessiner et de peindre plus, et de mélanger ces trois techniques.

Quels sont tes nouveaux projets artistiques ?

Aujourd’hui je travaille sur des commandes d’illustrations. Je suis aussi à la recherche d’un agent qui pourrait me représenter et ouvrir le champs pour des nouveaux projets. Je continue également à présenter mon travail dans des galeries.

Interview André Sanchez

Laisser un commentaire