Anne-Julie Aubry

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Il y a parfois des images qui vous retirent les mots de la bouche et qui vous happent instantanément dans leur univers. C’est dans l’un de ces univers que nous plonge Anne-Julie Aubry, un univers de matières, de mélancolie, de nature, d’animaux et de flocons…
Après ses études aux Beaux-Arts et s’être frottée au monde l’édition, Anne-Julie Aubry suit maintenant pour seule commande ses propres envies, ses propres émotions, nous proposant ainsi des œuvres toujours plus personnelles et plus envoûtantes…

Quand est-ce que tu as senti que tes dessins avaient un potentiel professionnel ? Comment s’est fait le « déclic » ?

Je m’en suis rendue compte quand j’ai commencé à recevoir des propositions de projets par email et des coups de fils d’éditeurs. Je suis allée aux Beaux-Arts, et donc j’avais bien l’intention d’essayer de devenir illustratrice, mais je n’avais pas encore eu le courage d’aller vers les professionnels. J’ai la chance aujourd’hui de pouvoir dire que ce sont eux qui sont venus vers moi. Et voilà comment mon aventure a commencé.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Web-Culture Anne-Julie Aubry

La nature, les saisons et les animaux sont omniprésents dans tes illustrations.
Peux-tu nous dire un mot sur cet attachement, sur ce plaisir à les représenter ?

Je ne sais pas trop comment l’expliquer clairement. Tout ce que je fais aujourd’hui à un rapport avec mon enfance. Petite, j’étais calme, plutôt rêveuse, même effacée parfois. J’observais beaucoup tout ce qui m’entourait et les éléments de la nature m’ont beaucoup marqués. Je me souviens en particulier de promenades dans les forêts Vosgiennes avec ma grand-mère, l’atmosphère me semblait toujours magique. Il y avait une odeur particulière, une lumière… Tout un monde à part.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Tes images semblent chacune raconter une petite histoire. Te raconte-tu justement une petite histoire avant de dessiner ou te laisses-tu guider par une émotion, une couleur, une forme de la nature ?

J’aime beaucoup le fait qu’une histoire naisse d’une seule image. D’ailleurs maintenant que je ne travaille plus pour l’édition, c’est devenu un challenge à chaque fois que je dois créer une illustration. J’ai besoin qu’un monde se créé dans l’image, et qu’elle dégage beaucoup de choses. Je suis guidée par l’émotion, souvent par des choses mélancoliques et nébuleuses. Mes humeurs ont aussi souvent beaucoup joué sur ce que je créais. Il y a quelques temps encore je n’arrivais pas à maîtriser tout ça, mais j’apprends maintenant à comprendre mon processus de fonctionnement et je m’apprivoise. J’ai l’impression que je passe des étapes, et que j’en ai encore pas mal devant moi… Les couleurs et les matières sont aussi quelque chose d’important dans mon travail.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

On croise souvent des jeunes filles aux longs cheveux noirs dans tes illustrations… Peut-on y voir des Anne Julie « de l’autre côté du miroir » ?

Oui je pense que, quelque part, beaucoup d’artistes ou illustrateurs se représentent eux-mêmes dans leurs images. Les petits mondes que je crée sont ceux dans lesquels j’aimerais me rendre. Ils sont inspirés de mes émotions, mais aussi très souvent de mes rêves, et rien de tel qu’un rêve pour se retrouver de l’autre coté du miroir !

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Je crois que tu aimes particulièrement profiter de la nuit pour dessiner. Le fais-tu dans le silence nocturne ou aimes-tu travailler avec de la musique ? Quelles musiques écoutes-tu ?

J’adore créer la nuit pour la seule raison qu’il y a un silence d’or. J’aime la tranquillité… J’ai besoin d’être seule ou de me sentir seule lorsque j’illustre. Quand je travaille en musique c’est plutôt en journée. J’aime beaucoup écouter du folk par exemple, et j’avoue que j’ai un faible pour les chansons tristes et déprimantes. J’aime Iron & Wine, Moriarty, Beirut, Cat Power, Syd Matters, Elliot Smith, Massive Attack aussi… beaucoup de choses en fait ! Vous aurez un meilleur aperçu sur ma playlist (Cliquez ici pour écouter la plylist sur deezer.com).

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Tes illustrations sont très imprégnées de l’univers des contes de fées, de mondes oniriques ou mythiques. T’imagines-tu dessiner des scènes plus « réalistes », de la vie de tous les jours ?

Ça ne m’intéresse pas vraiment de redessiner ce que l’on peut vivre au quotidien. J’ai déjà illustré ce type de choses dans le passé, mais ça ne m’a pas emballé du tout. Il n’y a rien de magique. Je ne m’éclate pas dans ces images là.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Quand tu exposes ton travail, comme par exemple en ce moment aux États-Unis, présentes-tu parfois des œuvres entièrement « plastiques » (c’est-à-dire peintes et dessinées sans intervention numérique) ?

Oui il m’est arrivé de réaliser des toiles, donc des choses entièrement peintes. Depuis quelques temps je préfère proposer des illustrations créé es moitié digital et moitié traditionnel parce que tout reste plus proche de l’univers que je me suis créé.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Tu disais plus haut que tu ne travailles plus pour l’édition. Pourquoi ce choix et qui sont tes principaux clients maintenant ?

Je me suis lancée dans l’aventure de l’édition il y a quelques années. J’ai illustré des couvertures de livres, de magazines, j’ai également fait un album dont je n’aime pas trop parler… Je dirais simplement que vu le contact que j’ai pu avoir avec certains éditeurs et cette façon qu’ils ont de travailler avec leurs illustrateurs, j’ai préféré me tourner vers ce que je fais maintenant. J’ai été déçue de ce monde là, et cela ne me correspondait pas du tout. Je laisse tout ça à ceux et celles qui savent très bien gérer ! (Je tiens à préciser quand même que tous les éditeurs et leurs collaborateurs ne sont pas des requins, évidemment !)
Mes principaux clients maintenant sont tout simplement des particuliers qui achètent mon travail soit par le biais de ma boutique Etsy, soit lors de mes expositions aux USA. Je prends rarement des commandes personnalisées. Il m’arrive de temps en temps encore de travailler sur des publications de magazines, mais c’est plutôt rare et je choisi scrupuleusement mes contrats. J’aime avoir la liberté de choisir ce que je veux faire et avec qui je veux travailler, je pourrais difficilement faire l’impasse sur le coté là de mon activité.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Ton blog est très vivant, on sent un réel contact avec tes fans, une écoute de leurs commentaires, mais aussi une belle générosité : concours pour gagner l’un de tes bijoux, don à l’association Wildlife Victoria des bénéfices d’une vente de tes bijoux… Où trouves-tu le temps pour faire tout ça, en plus de ton travail ?

J’adore mon blog ! C’est ma maison sur internet. Je considère tout ça comme faisant partie intégrante de mon travail. Communiquer avec les personnes qui aiment ce que je fais est vraiment agréable et j’aime avoir un contact aussi régulier que possible avec tous mes « fans » (j’ai encore du mal avec cette expression). C’est grâce à eux que je vis aujourd’hui de ma passion, donc je pense que c’est la moindre des choses que de penser à eux, d’essayer de leur faire plaisir, de leur rendre la pareille de temps en temps. L’opération et le don pour l’association Wildlife Victoria sont des choses plus personnelles je dirais, car ça part de mon envie de soutenir des causes qui me semblent très importantes. Mais au final, c’est vrai que cette envie a été associée à mon travail, et j’ai pu faire partager ça à toutes les personnes qui ont acheté mes bijoux. Être heureuse c’est bien, mais essayer que les autres soient heureux aussi est encore mieux.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

La transformation d’une illustration en un bijou n’est pas commune. Comment t’est venue cette idée ?

J’ai toujours eu envie de trouver une solution pour que mes images soient portées comme des accessoires, que l’on puisse avoir avec soi une image en particulier, à laquelle on tient pour des raisons personnelles par exemple. C’est le fruit de mon expérience personnelle. Il y a quelques années j’ai illustré quelque chose de fort, dans une période où j’avais très peu le moral. Depuis, cette illustration est devenue tout un symbole pour moi, et je l’ai toujours sur moi, que ce soit en accessoire, en collier, ou sous une autre forme. Ce n’est pas un grigri mais une façon pour moi de savoir d’où je (re)viens.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Les éléments de tes bijoux correspondent extraordinairement bien à ton univers et le mettent parfaitement en forme. Comment as-tu fait pour dénicher ces libellules, ces théières et ces petits objets si cohérents avec tes dessins ?

Le fait que je sois vendeuse sur Etsy m’a aidé a découvrir pas mal de choses sur le monde de la bijouterie fantaisie, des matériaux que je pouvais utiliser et naturellement j’ai commencé à avoir des contacts avec des revendeurs d’apprêts. J’ai maintenant de très bons contacts avec certains d’entre eux qui ont réussi à me dégoter des choses qui collaient vraiment avec mon univers. Je m’éclate réellement dans la fabrication de bijoux ! J’adore penser et créer des modèles, trouver de nouvelles associations d’apprêts et d’illustrations. Depuis quelques temps cependant ce type bijou est devenu très populaire. Beaucoup d’artistes se mettent à cette forme de bijouterie, ce qui parfois me laisse interrogative par rapport aux similitudes que je peux voir avec mon travail. Je scrute donc toujours un peu d’autres alternatives, qui me permettraient de faire des choses encore plus personnelles.

Web-Culture Anne-Julie Aubry

Penses-tu parfois à d’autres formes d’évolution de ton travail, comme de l’animation, de la BD ou des créations de décor avec personnages en volume ?

Je ne pense pas spécialement à des choses de ce style, mais pourquoi pas si un jour j’ai des contacts. En ce moment je pense plutôt à de nouveaux supports pour mes images, par exemple, j’adorerais pouvoir collaborer sur de la décoration intérieure. Créer des objets de déco, du linge de lit, des choses de ce type là… ça me plairait ! Je réfléchi aussi toujours et encore à développer mon activité et mon shop sur Etsy, un site que j’affectionne beaucoup pour les valeurs qu’il représente.

Site : www.annejulie-art.com
Blog : www.annejulie-art.com/blog
Store : www.etsy.com

Interview Sophie Lerique et André Sanchez

6 Comment

  1. Superbe interview :)

  2. Marie says: Répondre

    interview très intéressante!!
    félicitations à l’artiste qui donne envie de découvrir davantage son univers

  3. Je suis définitivement fan de ton travail!!! Les illustrations de cette interview sont magnifiques, et je suis touchée par ce que tu exprimes, à la fois par les mots, mais aussi (et surtout) par tes dessins! J’aimerais tant avoir ton talent, car j’ai les mêmes envies pour mon travail, mais je n’ai pas encore le pouvoir que tu as : transmettre ce que tu ressens. J’aime ton univers, je te souhaite tout plein de belles choses pour la suite! Pour ton plus grand plaisir, et le notre aussi!

  4. beau boulot

  5. Félicitations pour ce beau portrait et pour toute l’humilité qui s’en dégage.
    Géraldine

Laisser un commentaire